Présentation
Lavazan est située dans :

- Le canton de GRIGNOLS
- L'Arrondissement de LANGON

Elle fait partie :
 
- de la communauté de communes du Bazadais 
- du Pays des Landes de Gascogne

Population :

2015 : 252 Habitants

Superficie

8,97 km²
Communes limitrophes

- Sendets au nord-est
- Marions à l'est
- Lerm-et-Musset au sud
- Cudos à l'ouest
- Birac au nord-ouest.


Le clocher


Le monument aux morts


L'église Saint-Étienne


La mairie

A l'ouest de Grignols, sur la route menant à Bazas, la commune de Lavazan s'étend sur une superficie de 897 ha dont le sud est en grande partie occupé par la forêt des Landes de Gascogne, tandis que la partie centrale est coupée de nombreuses clairières, consacrées à la polyculture : maïs, tabac, qui est très prospère. 

La route départementale 124 la relie au nord à Sigalens, au sud à Lerm-et-Musset, dont elle est séparée par le ruisseau du Barthos, affluent du Ciron. Ce cours d'eau de première catégorie offre aux pêcheurs les plaisirs de leur sport favori : truites, poissons blancs et carnassiers, en particulier au niveau de la retenue constituée par le barrage du moulin de Musset. Elle forme en outre pour le promeneur, avec les prairies et les bois qui l'environnent, un site plaisant, propice au calme et à la détente. 

De petites routes bien entretenues permettent de longues randonnées vers les communes voisines, à l'ouest vers la petite chapelle d'Artiguevieille, au sud vers Jeanticot et Taves. 

Dernière commune agricole avant le massif forestier des Landes, Lavazan occupe une plaine fertile de polyculture, avec prédominance pour le mais et le tabac, l'élevage des volailles grasses et des veaux "sous la mère". Une usine à bois importante apporte un complément à cette économie agricole. 

Lavazan est aujourd'hui un bourg coquet et accueillant, lauréat du concours général des villages fleuris.
Histoire

Une tradition populaire explique ainsi l'étymologie du toponyme : pendant la guerre de Cent Ans, au cours d'une bataille sanglante, les blessés lavèrent leurs plaies au ruisseau de Chante-merle, d'où le nom de "Lave-sang".

Lavazan fut, sous l'Ancien Régime, le siège d'une baronnie.

L'église est dédiée au premier martyr chrétien, saint Étienne. De fondation romane, elle a été remaniée au début du XVIe siècle. Une restauration récente a mis en valeur son bel appareil. 

En façade. le clocher octogonal. édifié sur une base carrée, com porte deux étages. Au second, sur chaque face, une baie géminée s'inscrit dans une ouverture ogivale. Le chevet. appuyé sur deux contreforts obliques est couvert d'un toit de tuiles soutenu par un beau système de charpente : les solives reposent sur des poutres cintrées posées directement sur les murs et en épousant la forme. 

A l'intérieur, la nef ouvre sur un arc triomphal plus étroit, suivi d'un sanctuaire à travée droite couverte d'ogives et d'une abside semi-circulaire.